La peau du juge

Print Friendly, PDF & Email

L’issue d’un différend dépend d’une compréhension dynamique des différences entre les doctrines, les visions et les convictions. C’est notamment à cet égard que le juriste devrait jouer un rôle de premier plan, explique le professeur Frank Fleerackers.

Là où, dans le passé, le réconfort était cherché – et parfois trouvé – dans une moralité ou une religion commune, l’individu déraciné n’a plus que le droit comme  instrument éphémère pour piloter la complexité différentielle de sa société. Aujourd’hui, cet instrument ne peut plus se référer à une quelconque base ou morale uniforme sous-jacente pour fonder le respect de la justice et des lois.

Le droit manque, à l’appui de son fonctionnement, d’un fondement qui inciterait les gens à se résigner à une règle ou à un règlement qui s’oppose à leurs convictions. Pourquoi devrions-nous accepter des normes juridiques, même sous peine d’être punis, si aucune valeur plus profonde ne les sous-tend? Serait-ce parce que l’homme, en tant qu’être moral, immoral ou même amoral, est pourvu malgré tout d’une forme de conscience juridique? Nous nous adressons les uns aux autres et nous nous incitons mutuellement à comprendre et à accepter les points de vue d’autrui par la raison comme faculté universelle.  Depuis le Siècle des Lumières, la raison a été invoquée comme substitut procédural au fondement sous-jacent du modèle de valeurs partagées, de la morale communautaire uniforme, qui fait défaut depuis longtemps à notre société multi-individuelle et que celle-ci ne peut apparemment jamais (re)trouver.

Assis sur la peau de leurs prédécesseurs, les magistrats, avocats, notaires et juristes sont de plus en plus soumis à un jugement public sur leur engagement et l’efficacité de leur jurisprudence. Chaque activité juridique est évaluée par rapport à ses résultats en matière de réglement des conflits. Les arguments d’autorité sont moins acceptés que jamais. La société s’oriente vers des situations créées par la négociation, pendant laquelle l’intervention des juristes est souvent perçue comme problématique. Pourtant, l’issue d’un différend dépend d’une compréhension dynamique des différences entre les doctrines, les visions et les convictions. C’est notamment à cet égard que le juriste devrait jouer un rôle de premier plan.

Cela exige une nouvelle conception du rôle du juriste, une vision qui le repense comme acteur pivot et meneur de jeu interactif dans une dynamique de litiges et de conflits. Seul un tel ajustement en termes de pensée et d’efficacité du droit peut transformer l’objectivisme statique et le dogmatisme en une pratique interdisciplinaire, interactive et motivée par les cas, dont la société contemporaine a besoin.

Dans son ouvrage intitulé ‘La Peau du Juge. Exercer le jugement‘, le professeur Frank Fleerackers explore les formes de formation, dans et autour de leur rapport réciproque. Il y a un chemin à parcourir: de l’exercice du jugement, du développement communautaire, de la formation du droit, de la formation juridique à la résolution des conflits. À vous de l’arpenter.

Le professeur Frank Fleerackers (Leuven Centre for Public Law, KU Leuven) a étudié le droit et la philosophie à la KU Leuven, au King’s College (UK), au MIT – Massachusetts Institute of Technology, Cambridge (MA) et à la Harvard University. Il est professeur à la Faculté de droit de la KU Leuven, où il enseigne la réflexion juridique et les fondements du droit.

(Fleerackers, F., La Peau du Juge. Exercer le jugement, Larcier,  2021)

La Peau du Juge
I. Prologue
II. Le dernier juge
III. Critique de la raison raisonnable
IV. Juridicisation et analyse juridique
V. Analyse juridique des conflits
VI. Épilogue
Index
Bibliographie
Post-Scriptum

Frank FLEERACKERS, "La peau du juge", Leuven Blog for Public Law, 26 February 2021, https://www.leuvenpubliclaw.com/la-peau-du-juge (geraadpleegd op 21 October 2021)

Any views or opinions represented in this blog post are personal and belong solely to the author of the blog post. They do not represent those of people, institutions or organizations that the blog or author may or may not be associated with in professional or personal capacity, unless explicitly stated.
Any views or opinions are not intended to malign any religion, ethnic group, club, organization, company, or individual.
All content provided on this blog is for informational purposes only. The owner of this blog makes no representations as to the accuracy or completeness of any information on this site or found by following any link on this site.
The owner will not be liable for any errors or omissions in this information nor for the availability of this information. The owner will not be liable for any losses, injuries, or damages from the display or use of this information.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

We reserve the right to refuse, without any correspondence or notification, the publication of comments, for example, due to an insufficient link with the blogpost.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.